Corporate Works

Italie : le marché immobilier vise la durabilité

Bosco Verticale di Stefano Boeri

Le marché immobilier italien se concentre de plus en plus sur la durabilité des bâtiments. En effet, les ventes immobilières aux normes énergétiques élevées augmentent, signe tangible de l’intérêt de nos compatriotes pour les maisons au goût de plus en plus écologique et durable.

Une année 2019 très positive

Selon ce qui a été récemment mis en évidence par une analyse réalisée par l’ENEA (Bureau national de l’énergie alternative) en collaboration avec l’Institut pour la compétitivité et la Fédération italienne des agents immobiliers professionnels, les perspectives italiennes semblent très encourageantes, avec une tendance, plus marquée en 2019, à considérer les caractéristiques énergétiques des bâtiments, tant lors de la rénovation que lors de la phase d’achat.

En effet, l’enquête montre une tendance très positive à la fois pour le segment des logements neufs et pour le segment rénové: dans le premier cas, près de 80% des transactions concernent des biens de haute classe énergétique (A ou B), tandis que dans le second le pourcentage il passe de 22% en 2018 à 36% en 2019.

L’année dernière, nous avons également assisté à la consolidation de la dynamique qui voit une réduction de l’achat de propriétés de classe basse énergie (le G), avec un très faible pourcentage notamment dans le cas des villas et maisons individuelles. Malgré cela, selon les experts, le marché immobilier national voit toujours une présence marquée de ces immeubles (classe D – G).

D’excellents résultats pour le segment des immeubles de prestige, qui voit un bond en pourcentage de 10 points par rapport à 2018 sur le devant des classes énergétiques les plus performantes (A1-4 et B). Les immeubles situés dans les zones centrales des principales capitales italiennes enregistrent également de très bonnes performances avec un + 16%.

Le Covid-19 aura-t-il un impact sur le secteur?

Quelles seront les conséquences à court et à moyen terme de l’urgence sanitaire que nous vivons est encore difficile à établir avec certitude. De l’avis des experts, ce long verrouillage que nous avons vécu et l’avènement de la phase 2 nous amèneront tous à reconsidérer encore plus le thème de la durabilité, avec une nouvelle façon de vivre la maison et son environnement.

Le scénario qui nous attend dans un avenir proche est une augmentation de la demande de logements confortables, avec de bonnes performances énergétiques, lumineuses et à faible consommation. Mais, comme le souligne Alessandro Federici de l’ENEA,  responsable du suivi des politiques d’efficacité énergétique, à l’avenir, il sera nécessaire «d’orienter de plus en plus la demande vers une rénovation profonde des immeubles en copropriété, à laquelle se réfèrent de nombreuses maisons tombant dans les zones semi-périphériques, périphériques et extrême périphéries, qui ont encore des performances énergétiques particulièrement médiocres « .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *