Corporate Works

L’évolution profonde du marché immobilier Italien

Vasto - Abruzes - Italie

Vasto – Abruzes – Italie

L’habitation n’est plus le bien de refuge pour les jeunes générations

La brique ne semble plus être le bien d’investissement de refuge, en particulier pour la jeune génération. L’achat de la maison ne semble plus une priorité, en raison des conditions économiques qui ont changé pour les soi-disant millenials, générations allant approximativement de 25 à 40 ans, plus pauvres que les générations précédentes, que ce soit en raison d’un changement de mode de vie ou à cause de la crise économique qui demeure. L’économie du partage, la durabilité environnementale, l’insécurité de l’emploi ont profondément changé la question. Maintenant, la maison doit être technologiquement avancée, sûre, conçue pour l’efficacité énergétique et l’utilisation de matériaux naturels, ou autrement favorisant la bonne santé de ses occupants. Il est nécessaire de commencer à concevoir les maisons en tenant compte de l’emplacement et de la bonne orientation, de l’étanchéité de la construction, mais aussi du contrôle de la ventilation, avec des équipements et des systèmes d’énergie renouvelable.  « Aujourd’hui, vous demandez une maison connectez, efficace, saine, » dit Gaetano Courage, directeur général de Paspartu, une entreprise spécialisée dans la restructuration de maisons et bâtiments. « Nos maisons se ressemblent plus à une voiture, personnalisable, et réexaminée au fil des ans, pour maintenir la performance. L’impératif est de pointer vers la régénération urbaine ».

Des conditions économiques plus défavorables à la construction de maisons qu’en France

La précarité du travail, le fait qu’il y a de moins en moins de contrats à durée indéterminée, fait aussi que les jeunes couples veulent rarement s’engager dans un projet de construction d’une nouvelle maison le nombre d’enfants par couple a aussi sensiblement diminué par rapport au siècle dernier, ce qui augmente la demande pour les logements de petite taille le marché immobilier résidentiel de l’Italie est assez différent de celui de la France pour une raison de fond assez simple la France dénombre 67 millions d’habitants sur un territoire d’environ 513 000 km². L’Italie en dénombre 63 millions souvent territoire d’environ 310 000 km². Sauf que l’Italie est constituée par une bonne moitié de montagnes, lac, zones presque désertiques et inhabitables. On peut donc considérerque sa densité de population réelle est trois fois plus grandes que celle de la France. Les terrains constructibles y sont maintes foies plus difficiles à trouver, et, en moyenne, beaucoup plus cher à l’achat. Voilà ce qui garantit une portabilité des prix du marché immobilier italien, en dépit de toute crise économique. C’est une sorte de plancher, en dessous desquels il faut vraiment une catastrophe économique majeure afin que les prix puissent descendre. Actuellement, je pense que le marché immobilier italien a touché le fond, opinion qui semble corroborée par les prix qui se sont stabilisés depuis quelques mois et qui commencent même à remonter tout doucement.

Combinons ça avec un parc immobilier qui date à plus de 62 % d’avant 1990, et nous comprendrons l’importance de restructurer et restaurer maisons et appartements existants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *