Corporate Works

Les maisons à la campagne toujours plus recherchées en Italie

Le fait que Covid-19 ait également eu un fort impact sur le secteur immobilier est désormais évident. Parmi ses conséquences, par exemple, le boom des demandes de maisons à la campagne, comme l’illustre un article récent de Sole24Ore. En attendant de comprendre si cette tendance se poursuivra dans les mois à venir, favorisée par la diffusion du smart working, ou s’il s’agissait plutôt d’un phénomène temporaire lié au besoin d’espaces ouverts pendant et après le confinement, examinons de plus près les chiffres de celui-ci. « 

Retour à la nature

La demande de chalets et de fermes dans les villages et les petites municipalités a enregistré une augmentation d’environ 30% par rapport à la période pré-Covid.

Prix souvent inférieurs à mille euros par m / q

Les prix favorisent également les investissements dans les zones rurales. Des prix qui sont généralement beaucoup plus faibles que dans les grandes villes et qui n’ont pas subi de changements majeurs malgré la hausse de la demande, au contraire: en moyenne ils sont restés stables (+ 0,1% ) par rapport à la période pré-Covid. Il y a évidemment des exceptions positives comme les provinces de Rome (+ 25,4%), Pise (+ 20,1%) et Bologne (+ 18,9%) et négatives (Pesaro-Urbino a perdu près de 12% , Rimini environ 10,5%). Quant au coût du mètre carré, la situation est très variée: allant des chiffres records de Montalcino (environ 6700 euros par m / q) et Monte Argentario (5045 euros / m2) à ceux beaucoup plus abordables à Asti (838 euro / m2), de Raguse (799 euro / m2) et d’Alexandrie (508 euro / m2). Au total, il y a plus de 100 emplacements où vous pouvez trouver des propriétés en dépensant moins de mille euros par m / q.

L’avenir de l’Italie est dans les petites villes

L’avenir est dans les petites villes: où il y a de la vie, de l’air pur, de la lenteur, une alimentation saine. C’est dans ces villages caractéristiques où le temps semble s’être arrêté, on respire un air pur, les rythmes coulent plus lentement et la nourriture et le vin favorisent une alimentation capable de valoriser les territoires, que l’homme devrait revenir. Vie rurale, pas plus léger et regard encore capable de s’arrêter sur les visages. Et peut-être même connaître les noms des voisins. Les architectes bien connus, Stefano Boeri et Massimiliano Fuksas, ont soutenu la nécessité d’encourager la dispersion résidentielle, une sorte de « fuite de la ville », en réponse à la pandémie de Covid-19. Une «évasion de la ville» vers les petites villes, la campagne, les lieux actuellement les moins peuplés. Espaces ouverts et non contaminés.

Le défi de reconnecter le pays pour repeupler les villages

Francesco Tarantini, président de Legambiente Puglia, nous le rappelle également. L’association environnementale vient de célébrer le 2 juin dernier « Aimer l’Italie 2020 », la fête des petites municipalités qui cette année – peut-être pas surprenant – se concentre sur un enjeu important pour le développement et l’avenir des villages italiens: reconnectons le pays. Car sans (re) connexion, les rêves de repeuplement de ces magnifiques quartiers sont beaucoup plus difficiles, car le confort et les services offerts par les villes et les grands centres urbains font encore défaut dans de nombreuses petites municipalités. «Dans les petites municipalités, il y a plus de vie que vous ne pouvez l’imaginer, mais ces territoires luttent constamment contre l’abandon » – explique Francesco Tarantini, président de Legambiente Puglia-. Une loi inhérente existe mais la mise en œuvre des décrets est retardée. Nous vous rappelons que la loi 158/2017 s’adresse aux centres de moins de cinq mille habitants et prévoit des mesures d’accompagnement dont l’extension de l’ultra-haut débit, un plan d’éducation pour les zones rurales, la valorisation des services scolaires, le réaménagement des bâtiments en état de délaissement, la construction de centrales énergétiques à partir de sources renouvelables, la promotion de l’agroalimentaire à chaîne courte, la construction d’installations d’hébergement. Où est tout ça? En 2017, nous avons célébré l’approbation de la loi de sauvegarde des arrondissements après seize ans de batailles. Quand fêterons-nous sa mise en œuvre? ».

Pour cette raison, depuis les Pouilles, ainsi que dans le reste du pays, Legambiente a lancé un appel au Premier ministre, Giuseppe Conte, signé par de nombreux maires. L’objectif est que des mesures de soutien soient mises en place pour les petites municipalités. «La pandémie – lit-on l’appel – a attiré l’attention de tous sur la nécessité de repenser l’organisation et l’utilisation des territoires et, à cet égard également, le rôle des petites municipalités dans le maintien des communautés. Pour ce faire, un grand travail de reconnexion du pays est nécessaire, en recomposant le polycentrisme originel et le modèle harmonieux de l’urbanité. Au centre des infrastructures de redémarrage de l’économie, il doit nécessairement y avoir la connexion rapide en tant que droit de citoyenneté, qui comble le vide de la fracture numérique à certaines périodes. En fait même aujourd’hui plus de 3900 communes n’ont pas d’Internet rapide, 1200 communes ne reçoivent pas signal stable pour la téléphonie mobile et 5 millions d’Italiens ne reçoivent pas le service de télévision de manière adéquate. C’est une condition préalable pour que les territoires et les communautés soient les protagonistes de la renaissance du pays ».

Sans déranger les architectes Boeri et Fuksas, c’est probablement un rêve partagé par beaucoup celui de vivre dans des environnements moins polluants, stressants et trompeurs. Bref, des lieux à taille humaine et pour enfants, où vivre sans renoncer à tous les services et conforts auxquels nous sommes tous habitués aujourd’hui. Parce que peut-être le futur vraiment C’est dans les petites municipalités, qui représentent environ 54% du territoire italien.  Territoires de moins de 5 000 habitants axés sur l’innovation et la durabilité, le tourisme de proximité, la mise en valeur et la protection de l’environnement, les circuits gastronomiques et œnologiques, la promotion des cultures et des traditions. Tels sont les ingrédients que visent les petites municipalités pour lutter contre le dépeuplement et la réduction des services essentiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *