Corporate Works

Location de vacances et règlement de copropriété

Apricale - Italie

Apricale – Italie

En Italie, nombreux sont les ressorts touristiques. Même des villes comme Milan, Naples, Turin profitent d’une fréquentation touristique remarquable. Les biens immobiliers n’y sont pas chers, souvent moins de 1500 € au mètre carré. Par contre, la demande de location de brève durée dans presque toutes les nombreuses localités touristiques est croissante. voilà pourquoi de plus en plus d’investisseurs italiens et étrangers achètent des appartements pour les destiner à la location de courte durée, ou location de vacances.

La compatibilité de la location de vacances avec le règlement de copropriété

Parallèlement, il y a également une croissance exponentielle des plaintes du quartier ou des occupants de la même copropriété vis-à-vis de ceux qui traitent ce type d’activité entrepreneuriale.

Le règlement: où sommes-nous en Italie ?

En dépit des nombreuses interventions légales en la matière, dans notre pays, une orientation précise sur la nature du b & b et des activités de location à court terme semblent encore faire défaut. Comme l’explique un article récent de Sole 24 Ore, il est généralement nécessaire d’interdire ces activités dans le contrat stipulé; il peut également être exprimé par une résolution adoptée par les copropriétaires avec le consentement de tous les participants. La même procédure doit également concerner la résolution de la clause à inclure dans le règlement en vigueur interdisant l’opération de copropriété de ce type d’activité.

Dans tous les cas, ce sont des clauses qui doivent être écrites clairement et explicitement. Lorsque, par exemple, le règlement interdit l’utilisation de la propriété en question pour des activités autres que résidentielles, la possibilité de proposer des locations temporaires ou temporaires au sein de l’appartement est exclue. Quiconque souhaite utiliser leurs biens à des fins de location temporaire ne doit pas se fier uniquement aux lois régionales pour l’exercice des activités de chambres d’hôtes ou location de vacances : il faudra au préalable prendre en considération celles relatives à la réglementation contractuelle ou conventionnelle de la copropriété, qui l’emporte sur la législation régionale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *