Corporate Works

Le règlement des copropriétés en Italie

Ancône, Italie

Ancône, Italie

Comme toutes les formes d’agrégation avec d’autres personnes, la cohabitation dans une copropriété doit également être réglementée afin que tous les propriétaires et locataires puissent être pleinement garantis de leurs droits respectifs d’utiliser la propriété et la chose commune. L’acte auquel est confiée la lourde tâche de cristalliser et de contenir ces règles est le règlement de la copropriété.

Qu’est-ce que le règlement de copropriété et que contient-il

Le règlement de copropriété représente l’acte qui réglemente une série d’aspects importants relatifs à l’organe de gestion. En particulier, le règlement contient les règles d’utilisation des objets communs et de répartition des charges, selon les droits et obligations de chaque copropriété, ainsi que les règles de protection du décorum de l’immeuble et celles relatives à l’administration.

Ce sont donc tous ces aspects de la vie en copropriété qui doivent être réglementés afin d’éviter autant que possible l’émergence de conflits entre les copropriétés. Ce type de « règlement » interne est accepté et accepté par les copropriétés elles-mêmes et le règlement comprend également le tableau des millièmes afin de pouvoir répartir les charges.

En plus de ceux établis par la loi, le règlement peut approfondir et discipliner d’autres aspects et contenus en raison des particularités des condominiums individuels. Les règles du règlement ne porteront cependant en aucun cas atteinte aux droits de chaque copropriété résultant des actes d’achat et des accords, ni ne pourront interdire la possession ou la possession d’animaux domestiques. Enfin, le règlement ne peut déroger à toute une série de dispositions du code civil en matière de copropriété, y compris celles concernant les innovations, la renonciation aux droits sur les parties communes, l’indivisibilité, les obligations de l’administrateur, etc.

Règlement de copropriété contractuel ou de l’assemblée

Le règlement de copropriété peut être de différents types. Le code civil prévoit expressément ce que l’on appelle règlement de copropriété de l assemblée, ou convenue et adoptée par l’assemblée des copropriétés qui l’approuve à la majorité qualifiée, tant lors de la formation que lors de la révision. Ce type de règlement ne permet pas de priver une copropriété des droits reconnus par la loi, ni d’accorder d’autres droits.

Le soi-disant règlement contractuel (ou négocié), d’autre part, est préparé par le constructeur puis normalement accepté et approuvé par les copropriétés attachées aux contrats d’achat des biens immobiliers individuels dont il devient partie intégrante.

Bien que ce règlement ne soit pas approuvé lors d’un montage, mais à des moments différents, il est en fait accepté à l’unanimité des copropriétés et, pour cette raison, il peut contenir des contraintes plus importantes que celui d’origine du montage, limiter les droits que les condominiums individuels ont sur leurs propriétés ou parties communes respectives, étendre les pouvoirs de certains ou garantirà d’autres des droits plus importants que d’autres.

Par conséquent, ce type de règlement doit toujours résulter d’un document écrit et ne peut être modifié qu’avec l’approbation de toutes les copropriétés.

Dans les cas où l’assemblée ne parvient pas à former un règlement de copropriété, ou l’administrateur ne convoque pas l’assemblée à la demande de la copropriété individuelle, il sera possible de faire appel à l’autorité judiciaire. Il s’agira donc d’une résolution du juge, pour remplacer l’assemblée, de se charger de préparer le règlement (dit judiciaire) qui sera valable pour toutes les copropriétés.

Le règlement de la copropriété est-il obligatoire?

Le code civil, à l’art. 1138, établit que le règlement de la copropriété doit être adopté obligatoirement lorsque le nombre de copropriétés dépasse dix. Cependant, puisqu’il n’y a pas de sanction en cas de violation de cette obligation, si les copropriétés tenues d’adopter un règlement ne le font pas, leurs relations seront régularisées par les règles régissant l’usage des choses communes en général.

Pour les copropriétés où ce seuil n’est pas atteint, la rédaction d’un règlement est cependant facultative: cependant, lorsque vous décidez d’adopter un acte ad hoc, celui-ci aura la même efficacité que le règlement de copropriété obligatoire.

Adoption et modification du règlement de copropriété

Toujours le code civil précise que chaque copropriété peut prendre l’initiative de la formation du règlement de copropriété ou de la révision de l’actuel. L’assemblée devra ensuite approuver le règlement par une résolution dont le nombre de voix pour représente la majorité des personnes présentes et au moins la moitié de la valeur de l’immeuble.

Pour la modification du règlement contractuel sur la copropriété, cependant, le consensus des copropriétés sera requis.

Une fois approuvé, le règlement sera alors joint au registre des procès-verbaux des réunions pris en charge par l’administrateur et sera valable pour toutes les copropriétés. Il sera possible pour les dissidents de le contester devant l’autorité judiciaire, selon les procédures prévues à l’art. 1107 du Code civil italien, dans les 30 jours suivant la résolution.

C’est la tâche de l’administrateur, conformément à l’art. 1130 du Code civil italien, veille au respect du règlement de la copropriété et contrôle du respect des règles, ainsi que la tenue du registre des procès-verbaux des réunions, auquel il sera joint.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *